TEXTOESIES ET VOUS … « L’émerveillement à tous les temps »

 

 

En écho au texto reçu de Suzâme

 

 

DSCF1828.JPG

 

 

Pourquoi cet émerveillement

Devant l’arbre aux bras amples

Cette fleur éblouie, ce firmament

Et ces mots griffonnés sous la lampe

Suzâme, 13/8/2012.


… Pour mon arbre de vie !

 

DSCF1835.JPG

Un jour, ma peur.

Dans ton repos paisible et confiant

j’avais cru lire l’évanouissement.

Depuis, mon bonheur.

J’ai épousé toutes tes saisons

telle une enfant avide de bonbons.

Alors, la ferveur.

Dans la sève de ta virtuosité

ma plume aime à se désaltérer.

Plume, 14/8/2012.

 

 

Excellente journée à tous !

 

Plume, 15/8/2012.

 

 

L’écho de Marine :

 

Mes deux mains posées sur son écorce
L’arbre m’insuffle la vie
Dans les moments de doute
Plein de sa puissante sève
Des odeurs de résine
Quand le soleil est présent
Du murmure de ses feuilles
Quand le vent se fait violent
Arbre forteresse
Passeur des mauvais jours…

Marine

 


 

27 réponses à TEXTOESIES ET VOUS … « L’émerveillement à tous les temps »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un parfum de lilas blanc

avatar-blog-1224950052-tmpphpgVCZtS

Centres d'intérêts : Photo Nature Poésie Haiku

Littérature

Retour à la page d'accueil

Du petit chemin qui sent la noisette au doux nid de la maison familiale, imprégnés du temps des lilas blancs, les mots longtemps couvés prennent leur envol...

"Plume"

Envolez-vous sur mon autre blog
Les Mots sont Des Fenêtres

DSCF3069-150x150

Les mots sont des fenêtres,
Ou bien ce sont des murs .
Ils nous condamnent ou nous libèrent .
Il y a des choses que j’ai besoin de dire,
Des choses qui signifient tant pour moi,
Si mes mots ne rendent pas mon message limpide,
M’aideras-tu à me sentir libre ?
Essaie d’écouter par-delà mes mots
Les sentiments que nous partageons .

Ruth Bebermeyer

Commentaires récents
Suivez Mon Actualité

Logo

logo communauté

Archives
Quelques photos!

Le nez aux nues

le nez au nue

Balade au bord de l’eau
les vents de brume